fille qui saute sur route deserte
Mood

Le cap des 25 ans

Cela fait un petit moment que j’ai 25 ans (depuis le 21 août pour être plus précise), mais je n’ai jamais pris le temps de réaliser ce que cela pouvait signifier pour moi. Et surtout, à ce moment-là, ma vie n’avait pas encore pris un virage à 360 degrés.

25 ans, c’est une étape pour beaucoup. Certains l’appréhendent parce qu’elle marque la fin de l’adolescence, d’autres ont hâte de franchir le cap car elle signifie une plus grande autonomie, et d’autres encore n’y prêtent que peu d’attention. Pour ma part, c’est seulement aujourd’hui que je me dis que j’ai réellement changé.

A 25 ans, je vis avec mon copain dans un joli appartement parisien (dont je vous parlerai dans un futur article), j’ai un bébé chien (voir précédent article), et beaucoup de préoccupations d’ « adulte » (ménage, courses, décoration, avenir professionnel etc).

Tout cela, je ne l’aurais jamais imaginé il y’a quelques années. Non, je n’aurais jamais imaginé pouvoir vivre un jour dans la grisaille parisienne, moi la fille des tropiques qui courait pieds nus sur les récifs coralliens. Jamais je n’aurais imaginé apprécier autant le quotidien d’une petite vie de couple: me réveiller aux côtés de l’être aimé, passer des soirées entières à regarder Netflix dans le canapé, lui raconter mes journées en rentrant du boulot. Jamais enfin, je n’aurais pensé qu’un aspirateur sans fil me rendrait aussi heureuse!

J’ai toujours pensé que je serais comme mes parents: aventureuse et intrépide, voyageuse et baroudeuse, sans attaches et anti-matérialiste. Je comprends maintenant que c’est ce qu’ils auraient voulu que je sois, mais que je ne suis pas. A vrai dire, j’ai l’impression que je suis même devenue l’inverse.

Dire qu’il il y’a un an, j’étais encore étudiante et dépendante financièrement de mes parents. J’avais peur du mariage, de l’idée d’avoir des enfants, du train-train quotidien lié à la vie de couple. J’angoissais à l’idée de mettre un pied dans le monde du travail, je n’avais aucune idée de ce à quoi pouvait ressembler une fiche de paie et je n’avais clairement pas le même pouvoir d’achat.

Il est clair que l’âge adulte (de nombreux chercheurs estiment que l’on devient adulte à 25 ans et non à 18) nous prive de belles choses, telles que l’insouciance, un corps plus ferme et tonique et une capacité à enchaîner les soirées plus conséquente… mais je ne troquerais pour rien au monde ma liberté de penser et d’agir, pour un fessier plus rebondi.

Je crois que si j’écris cet article, c’est qu’il a une résonance toute particulière au moment où je le rédige. Je suis en Nouvelle-Calédonie, dans ma maison d’enfance et d’adolescence avec mes parents, et je suis submergée par les souvenirs.

Des souvenirs heureux, mais aussi malheureux. Comme je vous l’avais rapidement glissé dans mon article « Retour aux sources« , j’ai beaucoup souffert, adolescente, d’un grand manque de confiance en moi. Je me trouvais laide et grosse par rapport à mes amies sportives au teint hâlé (je n’ai bizarrement jamais réussi à bronzer malgré des bains de soleil prolongés). Depuis, j’ai pris 6 kilos, quelques cheveux blancs, et de la cellulite, mais je ne me suis jamais aussi bien sentie dans ma peau !

Au-delà de l’apparence, j’ai eu des relations très conflictuelles avec mon père et je peux vous dire qu’elles n’ont pas encore disparu à l’heure où je vous parle. Alors oui, j’écris cet article en me disant que je suis heureuse d’avoir enfin 25 ans, de pouvoir faire ce que je veux, quand je veux sans avoir de comptes à rendre à qui que ce soit. A 25 ans, j’ai une vie plutôt banale, mais je suis heureuse. C’est la vie que j’ai décidé de mener.

Celle de prendre une année pour me recentrer, faire ce que j’aime vraiment: écrire, lire, capturer l’instant, profiter de mes proches, prendre le temps, vivre tout simplement. Je sais ce que je veux et ne veux pas.

Je ne veux pas de métro, boulot, dodo, pour un job payé convenablement mais qui ne me passionne pas. Je ne veux pas enchaîner les petits amis sous prétexte que je suis jeune et que j’ai le temps avant de trouver le bon. Je ne veux pas d’une vie d’aventurière et de baroudeuse à l’avenir incertain.

Je veux une vie bien rangée, toute simple et entourée des personnes que j’aime, et qui m’aiment.

Et vous, comment percevez-vous ou bien avez-vous perçu le cap des 25 ans? Est-ce que cela a été un changement radical dans votre vie ou simplement un prolongement de votre quotidien?

Bisous et coquillage 🐚

9 commentaires

  • Daniel

    Bonsoir Sarah,

    Ma vie a changé à mes 18 ans, lorsque je m’étais inscrit dans une auto-école pour passer le permis B et ensuite une fois que je l’avais obtenu pour avoir la liberté de se déplacer, je ne sais pas si tu as le permis de conduire. Car quand on a 18 ans et on passe le permis de conduire, on se sent plus libre et plus autonome car on n’a plus besoin des parents pour qui nous emmènent à un endroit.
    Par contre je ne connais pas encore la vie de couple car je n’ai encore jamais eu de copine. Si tu veux fuir la grisaille parisienne, tu peux venir vivre sur la Côte d’Azur car il fait beau souvent.

    A bientôt.

  • Cha m'a dit

    Très sympa ton article. Pour ma part, j’ai 24 ans. 25 ans au mois d’août. J’avoue que j’appréhende. Je ne me considère pas du tout encore comme une adulte haha et je me mets un peu la pression. Il faut que je le devienne avant mon quart de siècle ! J’ai adoré te lire 🙂
    A bientôt

    • Sarah

      Hello! Merci beaucoup pour ton commentaire 😊 je comprends que tu appréhendes un peu parce que cEst la société qui veut ça et qui nous met la pression pour avoir trouvé son mari, fait des enfants avant 30 ans etc. Mais au final comme je le dis dans mon article c’est aussi l’âge ou tu deviens vraiment adulte et où tu fais vraiment ce que tu veux de ta vie et où tu dis merde a tous ceux qui sont pas d’accord 😉

  • filleavoyages

    Coucou Sarah 😊 J’ai eu 32 ans hier et pourtant dans ma tête je suis restée bloquée à 25.. le temps passe de plus en plus vite.. profite à fond même si c’est sympa de gagner en sagesse au fils des années 😘

    • Sarah

      Hello ! Joyeux anniversaire en retard !!! Honnêtement, je pense qu’il n’ya que très peu de différence entre 25 et +30 ans. Comme je le disais dans mon article, à 25 ans, on devient vraiment un adulte. Du moins c’est ce que je ressens. Donc je pense que je n’aurai pas de choc à mes 30 ans ^^ Mais ne t’inquiètes pas je vais profiter 😉 Fais en de même :* Des bisous, Sarah

Laisse-moi un petit coquillage 🐚